top of page
Rechercher

Du quantitatif au qualitatif, la nécessité d'un changement de paradigme

Dernière mise à jour : 11 août 2023

Considérons d’une part un objet en matériau non recyclable produit industriellement en Chine par exemple, et d’autre part ce même objet produit artisanalement, localement, à base de matériaux naturels renouvelables. Si pour la même valeur d’argent, vous pouvez en avoir 10 comme le premier, ou un seul comme le second, que choisissez-vous ?


Dix cuillères en plastique ou une cuillère en bois ? Trente serviettes hygiéniques en plastique ou une serviette lavable ? Trois paquets de couches jetables ou une couche lavable ?


Si l’on considère la durée de vie de n’importe quel objet, et cela devrait peser dans la balance, le choix du quantitatif non durable (et polluant) n’a pas de sens face au qualitatif durable.


Si l’on considère la santé humaine et celle de notre planète, qui passent trop souvent en arrière-plan, il en est de même.

Si l’on considère l’économie de l’emploi, c’est pareil. Il vaut mieux sans doute privilégier la fabrication locale et artisanale plutôt que de faire travailler des enfants dans des conditions épouvantables de l’autre côté de la planète.


Seulement voilà, tout cela, ça ne se voit pas directement lorsqu’on est face à un objet. Cela demande de notre part une certaine conscience et de la réflexion. Gardons la conscience de la provenance et de l'avenir de ce que nous voyons. Ce qui n’est pas évident dans un supermarché ou une boutique de déco, où tout est fait pour que ce soit facile, joli et que l’on ne se pose pas de questions.


Et si on les posait, ces questions ?


D’où il vient, ce joli vêtement ? Comment et par qui a-t-il été fabriqué ? Comment est cultivé et transformé le coton dont il est fait ? Vais-je le garder longtemps, et que va-t-il devenir ensuite ?

D’où vient cette fraise ? Comment a-t-elle été cultivée, sur quel sol, avec quels traitements ? Vient-elle des gigantesques serres d’Espagne, a-t-elle seulement poussé sur de la terre ? A-t-elle été parfumée à la fraise pour la rendre plus appétente alors qu’elle n’a aucun goût ?


D’où vient cette cuisse de poulet ? Bon, là, regardez « We feed the world » de Michael Moore, je ne vais pas vous refaire l’histoire…


« Oui, mais, c’est en promo c’est une super affaire » / « Oui mais c’est les soldes » / etc…

Il est certain que si vous préférez nourrir un système défavorable à l’humain et à la planète sur le long terme, plutôt que de rater une « affaire » qui n’est qu’une manipulation pour vous faire acheter ce dont vous n’avez pas besoin, alors le lavage de cerveau a réussi…


« Oui mais le bio c’est trop cher »…

Alors celle-là, c’est pour ceux qui ne savent pas que le prix du conventionnel, ils vont le payer en impôts pour dépolluer les rivières et subventionner les gros agriculteurs qui détruisent la terre et la vie, sans même s’en rendre compte (engrenés dans le système !).

Parce que non, notre système conventionnel est loin d’être « rentable » économiquement et écologiquement.


Et le dernier smartphone fabriqué en Chine avec des métaux rares, il n’est pas cher, lui ? C’est dommage, ça ne se mange pas l’électronique…


Bon, vous allez me dire, les enfants exploités en Chine, si ce n’est pas pour faire des vêtements ce sera pour autre chose… Malheureusement ce sont des décennies de choix passés qui nous ont conduit là.


Quand je vois la différence de qualité entre le drap de ma grand-mère qui ne bouge pas d’un poil après des décennies d’utilisation, et mes draps achetés chez Ikéa qui sont tout pluchés après 10 lessives, il est clair que les choix du marché n’ont pas favorisé le qualitatif.

C’est le choix de l’argent facile ; oui mais à quel prix pour notre société et notre planète !


Comment en est-on arrivés là ? …


… Je crois que ce n’est pas la plus importante des questions.

Certes, apprenons du passé. Comprenons ce que nous considérons comme des erreurs.


Mais le plus important sans doute, est de revenir au présent.

Je ne peux changer le passé, mais je peux agir maintenant.

Et chaque choix compte. Chaque grain de sable, chaque goutte d’eau…


Alors, qu’est-ce qu’on fait ?


On met de la conscience dans chacun de nos choix.

Plein de micro-changements de rien, ça finit par faire de grands changements.


Demain se prépare aujourd’hui.

Que souhaitez-vous pour demain ?



(Les applications pratiques sont dans le prochain article)


36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page